Créer un site internet

Slam des 4A

Maras et Esope ont motivé les 4A à composer des slams d'après des oeuvres de la Kunsthalle, le vendredi 23 février 2018.

Voici le résultat...

Francis1962qdalouverture

 D'après Sam Francis, Quand à l'ouverture, 1962

Un cercle bleu avec le symbole chinois, avec le sang comme goût.
Les yeux roses comme les nuages du soir,
ils me regardent et me disent bonsoir,
le rouge de la peinture ratée,
un soleil sur le rouge de la peinture ratée qui pense et fait du karaté.

Mathis Mba JR

 

 

Le long truc qui colle, c'est le ver qui vole.
Nous tous nous le voyons, le soleil jaune comme un citron.
Cette obscurité cachant le beau, c'est les ténèbres qui engloutissent le tableau.
Nous devons sourire et croire, en la fleur de l'espoir.

Anna Erdogan

 

 D'après Francis Bacon, Étude de portrait, 1953

 

Un rideau de larmes coule à flots, tout comme l'homme du soir, assis sur son lit noir. Il ne trouve plus les mots, sa bouche ouverte comme une vache devant un abreuvoir. Les barreaux du lit  encerclent cet homme qu'on ne peut émouvoir. Il n'a aucun espoir, tout coule comme de l'eau dans une passoire.

Suzanne Dolley

 

 

 La mort reste dans la peur et sera toujours noire, monstrueuse et affreuse. La chambre vide sombre est ma vie vivable. Le Men and Black a une vie diabolique qui fera tout oublier comme le Flash qui fera tout oublier.

Caleb Idrissou

 

 

Un air léger faisant bouger ces tissus transparents, permettant à peine d'apercevoir la lumière sur ses lames blanches collées les unes aux autres.

Son visage terrifiant, terrifiait le nôtre. Elle devenait peu à peu sa maison, cette cellule de prison qu'il utilisait pour dormir. Il portait cet habit fade et sombre ne possédant aucune ombre.

Audrey Honliasso

Bacon1953etudedeportrait 1
                                      

Le sourire d'un fantôme
Les couleurs sombres et chromes
L'ennemi de batman rit
Tout se retrouve dans ta fantaisie se lève de son cerceuil
mais il lui manque un oeil.
Là il se dit
'je suis un zombie',
il rit car il a une nouvelle vie.

Attilio Abgas

Le dentier extrêmement rouillé
te poursuit toute la journée.
L'effroi te descend dans le dos
et te rentre dans les os.
Le sombre dans la chambre noire,
te fait peur comme un manoir.
Comme le rideau noir,
tu te fais manger comme un cafard.

C.C.

 

 

D'après l'une des parties du triptyque de Nolde Ste Marie d'Égypte, 1912

Nolde1962stemariedegyptetriptyque

Robe rouge, cheveux noirs, bras en l'air
La femme désespérée forcée à espérer
Que les Saints l'écoutent pour l'aider.
Seule à prier pendant que les autres partent.
Dans un coin abandonné de tout regard.

Selin Acar

On voit une femme allongée
Prête à tomber
En s'allongant sur la terre
Elle regarde le fol bestiaire
Et l'homme avec ses mains
Rouges avec plein de fin
Étrangle le lion en plein vent
Avec les dernier rayons brillants.

P.V.

On voit la grimace d'un bestiaire,
qui s'agenouille en dessous de l'air,
et qui l'étouffe en tombant par terre.
Une femme pleine de bière,
s'allonge sur la terre,
en regardant son vieux père
qui a des doigts plein de magie
et qui s'occupent de sauver sa vie.
Les fleurs malfaisantes s'étalent sur la femme
qui ne veut qu'un,
avoir une âme.
Les feuilles frémissent dans le vent
comme, de l'homme son chant.

M.W.

Je vois un animal qui est le roi de la jungle et des animaux,
il est un bestiaire qui mange tout.
Je vois un homme qui est fou, parce que ce regard est mystérieux.
La femme qui n'est pas sérieuse. Qui dort pour toujours.
Les arbres qui volent presque dans le jour.
Dans la forêt où on voit de l'herbe.
La femme ne respire plus d'air.
Les arbres qui meurent
sous le regard des fleurs.
La femme qui regard l'homme,
se cache dans son coeur: une couronne.

E. Mohamad

   Schumacher1958cadmium

D'après Schumacher Cadmium, 1958

 

De la bobine dégouline le miel,
Les fleurs de nuit tombent du ciel.
Sous la douche la baleine chantant,
au-dessus d'un serpent brûlant.
La mort te tire vers l'infini de plus en plus fort,
Le dauphin dans la mort.
Une faveur t'a blessé ,
un coeur y laissa la douleur.

Charlotte Della Vedova ...

 

×