Notre année 2020

(Un masque cousu à la bouche)

 

Avec une allure d’astronaute

Ou de loup sauvage qu'on ne peut pas adopter

Je marche avec mon masque cousu à la bouche

Et des poumons microscopiques à la poche

Je remâche les images des derniers jours

Je n’ai pas les mots

C'est la déprime

Il n’y a rien de nouveau ni rien de beau 

Il y a la jeunesse qui se bat sur tous les fronts

Les défis des jeunes en première ligne

Qu’on regarde toute la semaine comme au cinéma

Il y a des magazines de vraies ou de fausses infos

La rencontre des chefs Amazon et Google à New York

Il y a entre la future légende de Porsche

Et la mode Adidas et Nike, quand demain sera chaussé de neuf,

Une jolie collection de produits de cuisine

J’ai lu aussi une histoire de chat assassiné, de vampire et de squelette dangereux,

D’animaux à Moscou, d’objets polluants en plastique et de poissons tués

Et je ne sais pas ce qui m’a le plus effrayé

 

Avec une allure d’astronaute

Ou de loup sauvage qu'on ne peut pas adopter

Je tourne en rond dans mon salon

Mes poumons microscopiques en cage

Je pense aux gens qui prient les dieux

Comme dans la mythologie

Pour toute chose : la mort, les orages et les tsunamis, l’année américaine,

La manipulation des informations et la vaccination grippale

Populaire ou pas, on ne sait pas encore

Aux surnaturalistes qui rêvent de héros, de fantômes et de génies

Ou d’extraterrestres sur Saturne, c’est encore mieux

Mais ce n’est pas ça qui nous sauvera

Alors heureusement, on trouve aussi des docteurs pour se soigner, du jazz à écouter, des chances de gagner

Heureusement, on trouve aussi des livres de fiction

 

Hier je voyais mes amis, je faisais du jogging et de la natation
J’étais agile, je grimpais aux arbres

Je comptais les fourmis dans les herbes
Et ma mère pouvait dire : « Je suis rentrée du travail »

Aujourd’hui dans ce siècle fou, on fête

Noël 2020 sur Facebook

Il n’y a plus de vacances

Il n’y a que des super rentrées

Des erreurs à cause des règles de français, des résultats, des bilans, des entraînements
Je ne travaille pas le samedi heureusement

Mais je tourne en rond dans mon salon

Comme un loup en cage

 

Aujourd’hui, comme un astronaute sans étoile

Je divague et m’échappe

Pas très loin dans mon imagination

Je trouve des satrapies aux révoltes royales,

A moins que ce soient des pharmacies, des librairies tranquilles et pleines de poésie,

Où à peine cachés par des arbres maigres

Derrière les vitres des devantures

Des capucins sur un cheval, chassent des cerfs, des sangliers, des rennes,

Tout plein d’animaux très naturels, et aussi des papillons

Un monde extraordinaire que je ne comprends pas

 

Aujourd’hui, il y a des nuages à l’horizon

Qui me cachent tous les visages

Mes rêves brisés

Dans un cadre sans photos

Des fleurs fanées de cerisier 

 

Alors je rêve d’autres fleurs au cœur parfumé

Au parfum profond comme des trésors inépuisables

D’autres fleurs dans le jardin d’à côté

Au parfum de vivre qui s’envole léger

Aux ailes des papillons

Au bord d’un étang coloré

Où l’eau coule dans des jardins de bambous

De fruits gourmands et sucrés

Où dorment des pandas roux

Il Il y a une Terre avec des punition

Alors je rêve d’un grand voyage à Paris

Avec notre chien Lucy

Ou à Rome, partout en Italie,

On boit un café, on visite un musée

On mange des pizzas et puis des fruits

La dernière station est le Portugal,

Pour un voyage international

Sur la plage il y a des femmes et des hommes bronzés

Il y a un marchand de glace et de sorbets

Il y a des oiseaux qui volent en toute sérénité dans le ciel

Pour mieux voir notre monde sans rival

Je sens l’odeur des huîtres
Je vois la mer danser

Faire des clins d’œil au soleil brillant d’été
Je vois comme un oiseau

La terre entière me sourire 
Je goûte un peu la liberté

Comme on croque dans un fruit

Je goûte le bonheur

Qui fleurit aussi dans le champ d’à côté

 

Et quand la nuit est pleine d’étoiles retrouvées

Je les cueille pour les offrir

Comme une promesse dans un bouquet de violettes

Parce que je veux une nouvelle vie

Je ne veux plus être seule

Je veux aimer quelqu’un qui m’aime en retour

Parce que je suis seule pour l’instant

Et que je veux être aimée par quelqu’un

Aimer pour être aimée

 

Poème collectif de la classe de 6A, décembre 2020

 

 

Lisez aussi celui des 6B!